La Déferlante

♦♦ La Déferlante ♦♦

OKAY

« Apparaissons, d’accord, plus nettement, il le faut, plus nettement encore que cela, cela c’est le minimum, cela c’est à peine une apparition, c’est fortement fantomatique, c’est presque rien. Cela, c’est encore en-dessous du nécessaire. Cela c’est à peine une tache. Un grain de sel sur la rétine, oublié le temps de le dire. C’est presque rien. »

Textes : « Les Troyennes » d’Euripide, « Nous les Vagues » de Mariette Navarro et « Lysitrata » d’Aristophane.
Durée : 45min

Histoire :
Quatre femmes viennent d’être mises en esclavage par un homme. Elles oublient leurs vieilles rancunes et s’associent pour le combattre et le vaincre.

Sans titre

 

 

 

 

Sans titre3Sans titre2

 

 

 

 

Sans titre4

 

 

 

 

 

Distribution :
Mise en scène et adaptation du texte : Timothée Moynat
Visuels : Guillaume Richard.
Comédiens :
Hélène : Laurianne Bastard.
Cassandre : Elise Capogna.
Dresseur : Julien Journet.
Andromaque : Aude Luminet.
Ménélas : Corentin Moynat.
Hécube : Isabelle Tete.

Anciennes dates :
Les 15 et 16 mai 2014 au théâtre Astrée dans le cadre des Arthémiades.
Du 20 au 23 août 2014 au festival d’Aurillac.

Publicités

Garçons Sauvages

♦♦ Garçons sauvages ♦♦

_DSC0020

« Il a seize ans et quatre mois. Il est beau comme la rétractilité des serres des oiseaux rapaces ; ou encore comme l’incertitude des mouvements musculaires dans les plaies des parties molles de la région cervicale postérieure ; ou plutôt, comme ce piège à rats perpétuel, toujours retendu par l’animal pris, qui peut prendre seul des rongeurs indéfiniment, et fonctionner même caché sous la paille ; et surtout, comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d’une machine à coudre et d’un parapluie. »

Textes : « Le Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde, « La Philosophie dans le Boudoir » de Sade, « Les Chants de Maldoror » de Lautréamont, « Lysitrata » d’Aristophane et des dialogues entre William Burroughs et Andy Warhol.

Durée : 1h
A partir de 18 ans.

Histoire :
Andy Warhol vient de terminer le portrait sculpté d’un jeune homme nu dans une baignoire lorsque son ami William Burroughs lui rend visite. William est très intéressé par le jeune modèle de cette œuvre, mais Andy lui interdit de le rencontrer. Le soir, William entre clandestinement dans l’atelier accompagné de sa sœur et d’un ami. Ils font prendre vie à la statue et tentent ensemble de la séduire. Mais le jeune Dorian Gray se joue d’eux et parvient à s’enfuir à leur insu. Andy qui était resté caché dans son atelier sort et se moque d’eux…

Distribution :
Mise en scène et adaptation du texte : Timothée Moynat.
Visuels : Gregoire Audren.
Comédiens :
Andy Warhol : Bastien Courtaliac.
L’ami de William Burroughs : Xavier Foucher.
William Burroughs : Julien Journet.
La sœur de William Burroughs : Isabelle Tete.
Dorian Gray : Stephan Todt.

Anciennes Dates :
Le mercredi 4 juin 2014 au théâtre de la Comédie Odéon.

Presse :
« Comment une sculpture représentant un jeune homme prend soudainement vie et se joue du désir de son créateur. » Hétéroclite
« Une fresque joyeuse où s’incarnent des fantasmes trop longtemps refoulés. » Le Progrès
« Relecture lettrée et voluptueuse du mythe de Pygmalion. » Petit Bulletin
« Un conte fantastique autour d’une sculpture qui prend vie, objet de tout les fantasmes de son créateur. » Tribune Lyon

Sur la Neige Mouillée

♦♦ Sur la Neige Mouillée ♦♦

_DSC0155

« Je suis un homme malade… Je suis un homme méchant. Un homme repoussoir, voilà ce que je suis. Je crois que j’ai quelque chose au foie. De toutes façons, ma maladie, je n’y comprends rien, j’ignore au juste ce qui me fait mal. Je ne me soigne pas, je ne me suis jamais soigné. »

Texte : Adapté du « Sous-Sol » de Dostoïevski.
Durée : 1h15.

Histoire :
De retour d’exil, Dostoïevski écrit le Sous-sol, un long monologue, schizophrénique, d’une étonnante densité. C’est une confession dépressive d’un homme imbu, et inapte au monde.
Dans la seconde partie du roman, Sur la Neige Mouillée l’homme du sous-sol sort de son vase clôt pour le pot de départ d’une connaissance d’enfance. Durant cette soirée il boit trop et insulte tout le monde. Les personnes présentes s’enfuient et vont dans une maison close. L’homme du sous-sol les suit désespérément pour tenter de se racheter. Mais lorsqu’il arrive dans la maison close tous les hommes sont montés dans des chambres. Exténué, en proie à une terrible colère contre lui-même et le reste du monde, il décide de se venger en prenant une prostituée.
C’est ici que nous prenons l’histoire. L’homme sort de la chambre après cette nuit d’amour mêlée de haine. Honteux, il cherche à se racheter de cette femme (Lisa) dont il s’est servi et tente de la séduire. Il fini par lui donner son adresse. Mais rentré chez lui l’idée qu’elle pourrait venir le voir l’effraie. Quelques jours passent, il commence à oublier l’incident et rentre de nouveau dans ses soliloques de confession gémissante lorsque Lisa finit par lui rendre visite. Embarrassé par sa misère visible, il avoue s’être moqué d’elle et s’effondre dans une crise hystérique, mais, circonstance étrange, celle-ci l’aide à se relever, le console. Il en profite alors pour assouvir une nouvelle fois son désir charnel. Après cela Lisa s’enfuit et c’est alors qu’il regrette pour de bon d’être passé à côté d’une femme qui aurait pu l’aimer.

_DSC0257


Distribution :
Mise en scène et adaptation du texte : Timothée Moynat.
Visuels : Gregoire Audren.
Teaser : Guillaume Richard.
Comédiens :
Fédor : Arthur Baratin.
Lisa : Johanna Tixier.
Apollon : Timothée Moynat.

Anciennes dates :
La Compagnie Les Enfants Sauvages a créé le spectacle entre 2013 et 2014 au théâtre Astrée (Villeurbanne) avec le soutien de l’Université Claude Bernard Lyon 1 pour être joué au festival Les Arthémiades.
Du 29 Janvier au 1er Février au Carré 30.

Le Portrait de Dorian Gray

♦♦ Le Portrait de Dorian Gray ♦♦

DSC_0025

« Bill, tout portrait peint avec sentiment est un portrait de l’artiste, non du modèle. Le modèle n’est que le prétexte, l’occasion. Ce n’est pas lui que le peintre révèle ; c’est le peintre qui se révèle lui-même. La raison qui me fait refuser d’exposer cette œuvre, est que j’ai peur d’y avoir montré le secret de mon âme. »

DSC_0025 (2)

Texte : « Le Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde.
Durée : 20 min.

 

Histoire :
Andy Warhol vient de terminer le portrait sculpté d’un jeune garçon lorsque son ami William Burroughs lui rend visite. Ce dernier, très enthousiasmé par l’œuvre, lui propose de l’exposer, mais Andy Warhol ne veut pas car il craint que le public découvre son attirance pour le modèle.

numérisation0001

Distribution :
Mise en scène et adaptation du texte : Julien Journet et Timothée Moynat.
Direction d’acteur : Nancy Ruiz.
Visuels : Lucie Charcosset et Amélie Coudurier.
Comédiens :
William Burroughs : Julien Journet.
Dorian Gray : Corentin Moynat.
Andy Warhol : Simon Benattar-Bourgeay.

Dates à venir :
Du mardi 16 au samedi 20 août 2016 au festival d’Aurillac à 13h rue du Prince (66).

Anciennes dates :
Du 20 au 23 août 2014 au festival d’Aurillac.
Du 19 au 22 août 2015 au festival d’Aurillac.

Alice’s Adventures in Wonderland

♦♦ Alice’s Adventures in Wonderland ♦♦

Alice

« C’est facile. Vous n’avez qu’à être le pion de la Reine Blanche, car Bis est trop jeune pour jouer… Et vous serez dans le carré deux pour commencer. Quand vous arriverez au carré huit vous serez Reine. Regardez-moi, parlez poliment, et ne tortillez pas vos doigts tout le temps. D’où venez-vous ? Et où allez-vous ? »

Texte : Librement adapté de « Alice au Pays des Merveilles » et « De l’autre Côté du Miroir » de Lewis Carroll.
Durée : 1h.
Spectacle tout public.
Pour les enfants l’âge idéal est 9 ans (min. 6 ans).

Presse :

« Vous suivrez Alice qui traversera le fameux miroir et retrouvera la Reine Rouge, le Lapin Blanc, la Chenille et la Reine Blanche. » Le Progrès
« Une plongée dans le rêve… » L’Envolée Culturelle

 

Critiques de spectateurs sur billetreduc :

Une merveilleuse approche d’Alice 10/10 : Cette pièce nous a autant enchantés nous adultes que notre fille de 8 ans. Les 3 comédiennes sont excellentes ; grâce à elles, nous découvrons ou redécouvrons Alice. Quelle spontanéité, teintée de douce folie et d’humour. Bravo!
Alice nous emmène au Pays du plaisir 10/10 : Très bon spectacle et très bonne adaptation de l’oeuvre de Lewis Caroll car l’esprit de l’oeuvre y est, la mise en scène est très efficace et les comédiennes sont excellente. Ce spectacle plaira aux petits comme aux grands, car il nous fait passer un super bon moment. Je recommande vivement ce spectacle.
Excellente surprise 10/10 : Nous étions 4 amis à aller voir cette pièce, sans a priori. Texte, jeu des actrices, mise en scène, tout était à la hauteur de ce que l’œuvre de Lewis Caroll propose. Elle y est ici habilement revisitée, balançant entre drôlerie loufoque et angoisse, le tout dans une fine poésie. Bravo à toute l’équipe !
Un enchantement 10/10 : Bravo aux actrices pour leur prestation d’hier, vous êtes tellement belles et expressives, c’est drôle et poétique, merci pour ce très beau spectacle dans le magnifique théâtre Carré 30 !
une heure délicieuse ! 8/10 : Une belle adaptation d’Alice ,originale , un peu chorégraphiée, malicieuse à souhait, loufoque mais qui ne fait pas peur aux enfants , joué avec talent et un plaisir non dissimulé.
Fous rires garantis 8/10 : Nous y sommes allés avec des enfants de 4, 6 et 9 ans et tout le monde a passé un excellent moment. Le texte est bien écrit, le jeu des acteurs est superbe et surtout on a ri… Bravo a toute l’équipe.
Une merveilleuse approche d’Alice 10/10 : Cette pièce nous a autant enchantés nous adultes que notre fille de 8 ans. Les 3 comédiennes sont excellentes ; grâce à elles, nous découvrons ou redécouvrons Alice. Quelle spontanéité, teintée de douce folie et d’humour. Bravo!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’histoire :

Dans cette version du mythe de Lewis Carroll, où s’entremêlent les textes d’Alice au Pays des Merveilles et De l’autre côté du Miroir, la jeune Alice tente de s’échapper de la banalité de son quotidien. C’est pourquoi elle traverse « le miroir » et rencontre son double qui va l’accompagner dans ce nouvel univers farfelu. Successivement, elle croise en chemin la Reine rouge, le Lapin blanc, la Chenille et la Reine blanche, qui tous créent des situations comiques et absurdes.
Mais le Lapin blanc se fait emprisonner, et Alice devenue reine, décide d’utiliser son titre et son nouveau pouvoir pour le secourir. Ce défi accompli, elle choisit de retourner dans sa réalité. Ainsi, forte de son expérience, de sa nouvelle détermination et de sa capacité à rêver, elle sait à présent faire face aux journées grises et les transformer en un monde aux couleurs ravivées.

Distribution :
Mise en scène et adaptation du texte : Timothée Moynat
Scénographie : Solène Monier et Margaux Faulcon
Visuels : Lucie Charcosset.
Teaser : Yannis Seferoglou.
Vidéo Aurillac : Amélie Coudurier et Camille Joly.
Comédiennes :
Alice : Nancy Ruiz
Bis et La Reine Blanche : Esther Gaumont
La Reine Rouge, Le Lapin Blanc et The Caterpillar : Isabelle Tête, Amélie Fouillet et Karen Jay

Anciennes dates :

2017

Le samedi 7 octobre 2017 à 11h et à 15h – Bourg en Bresse – Médiathèque
Le dimanche 9 juillet 2017 à 18h au square Delfosse (Lyon 2e) dans le cadre de Tout le Monde Dehors.
Le vendredi 14 juillet 2017 à 18h au parc Roquette (Lyon 9e) dans le cadre de la Guinguette Républicaine.
Du 18 au 23 avril aux Clochards Célestes (Lyon 1er)

2016

Le 9 mai séance scolaire au Carré 30 (Lyon 1er)
Le mercredi 16  mars au théâtre de l’Uchronie (Lyon 7e)

Les Aventures de P. B. Jones

♦♦ Les Aventures de P. B. Jones ♦♦

DSC_0135

« Alice, si je me permets de vous parler ainsi, c’est parce que vous avez rencontré cette créature chez moi. Je me sens responsable. Faites attention ! Il est du genre à s’arranger de n’importe quoi mules, hommes, chiens, bouches d’incendie ! Hier, j’ai reçu une lettre furieuse de Jean Cocteau. De Paris. Il a passé une nuit avec lui au Plaza Hotel, et il lui reste la gonorrhée pour le prouver ! Dieu sait avec qui cette créature peut aller se rouler. Vous feriez bien de voir un médecin tout de suite… »

Texte : Librement inspiré de Truman Capote.
Durée : 1h15.
Spectacle adulte.

Critique de spectateurs sur billetreduc :

Un vrai régal ! 9/10 : Des acteurs supers au service d’une belle mise en scène. Une histoire attachante d’un P.B.Jones qui part à la découverte du sexe et qui rencontre des hommes et des femmes certes cyniques ou pervers mais finalement attachants.

L’histoire :
Ce héros amoral et bisexuel vit de ses charmes et parcourt le monde. Aujourd’hui, du haut de ses vingt ans passés, il en connait plus que n’importe qui sur la monstruosité de l’homme sous toutes ses formes. Accompagné par les fantômes de son passé il raconte son histoire avec un humour grinçant, décapant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Distribution :
Mise en scène et adaptation du texte : Timothée Moynat
Mr Appleton, Mr Boatwright et Denhams Fouts : Simon Benattar-Bourgeay.
Kate Mc Cloud : Amélie Fouillet.
P. B. Jones : Timothée Moynat.
L’assistante de Miss Self, Florie Rotondo, Dr Kewie, Harry Mc Cloud, Miss Shaw, Ned et Natacha : Nancy Ruiz.
Misstress Self et Alice Langmann : Isabelle Tête.

Anciennes dates :

Le dimanche 29 mai 2016 à 19h30 au Rideau Rouge (Lyon 1er) dans le cadre du festival Comic’Out
Le mardi 31 mai et le jeudi 2 juin 2016 à 20h30 au Carré 30 (Lyon 1er)